Rechercher

BEURRE'N OUT

"Bonne nuit Maman. A demain !"

C'est la dernière phrase qui résonne dans la maisonnée. Étrangement, cette petite phrase mignonnette s'accompagne d'un sentiment assez particulier. Elle n'a même plus la force, celle de répondre avec le sourire. Elle pose machinalement l'éponge sur le bord de l'évier, lève une nouvelle fois les yeux vers l'horloge insolente.

Un soupir.

"Bonne nuit!"

Est-ce la nuit qu'elle redoute ? A-t-elle peur de l'obscurité ? Ou alors est-ce le "demain" qui arrive souvent trop tôt à chaque fois ? Ce "demain" qui ne compte "que" 24 heures. Ce "demain" qui ressemblera à tous les précédents.

La fatigue fait désormais place à l'épuisement ... Moral.


Et comme si cela ne suffisait pas un sentiment de culpabilité s'installe de plus en plus.

Une mauvaise gestion.

Un mauvais calcul.

Tout est remis en question.

Ses frêles épaules portent la lourde charge entremêlant soucis d'une maison bien entrenue et celui d'une éducation parfaite.

Elle se sent dépassée.

Et ils parlent de bienveillance, de communication non violente, de parentalité positive, de solutions miracles...

S'ils pouvaient juste comprendre ce qu'elle vit... Ils sauraient que ce n'est ni à coups d'articles de blog ni même de sondages que la vraie vie se construit.

Ces doutes, ces peurs de mal faire, ces nuits à réfléchir, ces questions qu'elle pose à Google le soir... Comment offrir le meilleur à ceux qu'elle chérit depuis le jour où emmitouflés au creux de son coeur, ils s'ouvraient au monde. Eux. Le fruit de ses entrailles....

Et puis, sa silhouette apparaît sur le reflet de la fenêtre. Elle scrute l'image qu'elle renvoit. Celle d'une femme en proie au doute devant les vitrines Facebook ou Insta de mamans épanouies qui ne crient JAMAIS et pour qui le début de journée est un énième moment de bonheur quand pour elle il est synonyme de travaux d'usine à répétition.

Comme tous les soirs, après avoir essuyé ses mains humides et en guise de bilan, elle ira embrasser ses enfants endormis, paisibles.

Une manière de leur demander pardon pour ne pas être à la hauteur ou plus grave encore ... Une manière de rendre définitivement le tablier qui serrait sa taille, qui l'empêchait de respirer. Rendre son tablier pour juste faire redescendre la pression... Une manière d'annoncer ... sa démission.

#burnout #ChèresMamans #VousFaitesUnTravailRemarquable #DesserrezUnPeuVotreTablier #AssumezVosImperfections

78 vues
OumSchoolinG
Pour ne rien manquer